L’Apothéose d’Ainimarië

     Après ces choses faites, partirent en forêt, cherchant le lieu où la princesse était tenue prise. Le soir au campement, rencontrèrent une elfe de nom Nestahîr qui se proposait de porter son concours à l’entreprise. Le jour suivant, se mirent en quête du pré défendu, que nomme la chanson du chevalier aux trois corbeaux. Le lendemain, aidés par les directions de Nestahîr, ils parvinrent à une orée dans le bois où ils firent face à une créature que les elfes nomment Ent qui en gardait l’accès. Après avoir convaincu le gardien de la justesse de leur cause, ils entrèrent le pré.

    Là rencontrèrent une dryade, nommée Chrysodrise, qui estoit la mère de Messire Avrolan. Elle leur dit ainsi que son fils avait brisé la prison maléfique autrefois, mais que pour prix, il était maintenant pris aux Abysses où son  âme estoit tourmentée.  Pour prix de son aide, elle demanda que l’on jura que l’âme de son fils des Abysses serait délivrée. S’étant sur ce point accordés, elle conduisiten un lieu de la forêt où son fils estoit entombé.

    En ce lieu gisait une tombe gardée par deux mâtins  en laquelle reposait Messire Avrolan qui avait été ici porté par la Dame Blanche autrefois. Les deux chiens se dressèrent et s’en vinrent  montrer où estoit la princesse enfermée.  L’orbe maudite forgée par Ariakas était brisée et une épée ornée gisait devant sur le sol. Avant que d’approcher de la prison, le dragon qui autrefois avait attaqué la princesse, et avait pour nom Prasinopyre, paru pour en garder l’approche.

    S’en suivi merveilleuse bataille et maints exploits accomplis car tous faisaient assaut de vaillance pour occire la bête. Le dragon crachait les flammes mais sans grand dommage car il semblait qu’une protection magique gardait les combattants. A la fin fut le dragon vaincu et mourut à grand bruit et fureur.

    Approchant de la prison, la princesse soudain en sorti et rendi merci pour sa délivrance. Aussitôt qu’elle l’aperçut, elle mis un genou à terre et rendi hommage à Nestahîr qui estoit restée en arrière. L’elfe se changea en un dragon de taille fabuleuse et auprès duquel, celui qu’ils venaient d’occire était comme le moineau devant l’aigle royal. Le dragon dit ainsi à la princesse: “Ton combat face au seigneur des serpents a été ton ultime épreuve, il est maintenant temps pour toi de partir et de prendre ta place auprès de nous”.

    En ce point, la princesse fit adieux à tous et à tel fit un présent et à tel donna une bonne parole. Enfin, le dragon souffla des flammes or et sinople qui enveloppèrent la princesse. Elle cru en taille puis s’éleva dans les airs où elle disparut.