L’Embuscade

    Par la magie des fées, tous arrivèrent à l’orée d’une forêt où la princesse jouait de la harpe sur la berge d’un lac.  Aussi tôt les mercenaires se jetèrent sur elle pour la navrer. La princesse se retourna contre eux et fit croître un taillis de ronces qui les gênait grandement. Puis sortirent de la forêt quatre créatures semblables à des arbres mais animées par sa magie et qui s’en vinrent attaquer les spadassins. Messire Indis Annael, Maître Wortlaster et Frère Chrysanthème restés en arrière guettaient l’assassin maudit pour l’empêcher dans sa tâche, tandis que les autres se portaient tous au secours de la princesse.Resté au milieu des assassins, le Sire Hergol Aedir se mit à les frapper  merveilleusement à leur grande surprise tant ils croyaient qu’il était de leur bord.

    Les grands arbres s’abattirent sur les mercenaires qui entrâvés par les ronces ne pouvaient que faiblement se défendre. Ils criaient merveilleusement en raison de leur terreur face à ces géants plein d’une ire insatiable. La princesse fut frappée d’un trait qui fut détourné par une protection magique dont elle était entourée. Un petit être fée, compagnon de Messire Indis Annael, nommé Gnophek ayant repéré le vol de la flèche cherchait à en trouver la provenance. Maître Wortlaster aperçu l’assassin et indiquait sa direction à ses compagnons alors qu’un des grands arbres se dirigeait aussi vers l’elfe sombre.

    Voyant ses ennemis venir à lui, l’assassin se porta en un autre lieu où il put rester celé et redoubler ses attaques. Les mercenaires impuissants à combattre les grands arbres étaient tous occis ou en déroute mais le troisième assaillant arriva sur ces faits. Un grand dragon sinople surgit d’au dessus des arbres et se mit à terre près de la princesse. Elle se tourna contre lui et fit croître des ronces acérées qui l’enchevêtrèrent si bien qu’il ne pouvait guère se mouvoir. Un trait lancé par l’assassin frappa le lutin Gnophek qui avait fait rempart de son corps pour protéger la princesse et qui pour sa vaillance fut frappé de malemort. Le Seigneur Norrin et Maître Malevich vinrent alors faire bouclier de leur corps pour gêner l’assassin.

    Alors que Maître Wortlaster cherchait le lieu où l’assassin était celé, Messire Indis Annael lançait vers son ancienne position des traits enflammés qui firent grands dommages. L’elfe sombre lança encore un traitqui frappa le Seigneur Norrin qui faisait rempart et qui fut gravement blessé par le poison. Mais l’assassin était maintenant révélé et alors que beaucoup s’en venaient vers lui, il déserta le combat. Demeuré seul face à la princesse, le dragon s’efforçait de combattre mais fut bientôt mis en fuite.

    Au moment même où semblait triompher, le coeur de chacun se serra d’une soudaine peur. Une haute figure sombre sorti du bois et se porta vers la princesse alors qu’elle saluait ses alliés. Elle avait la forme d’un grand Naga, créature monstrueuse, part serpent et part homme. C’était Ariakas, le seigneur des serpents et serviteur du dieu maudit Morlock. La princesse et lui firent assaut en magie et en armes mais à la fin la puissance noire l’emporta. Mais avant qu’il put occire la princesse, la Tierna apparu et la protégea d’un rempart d’aubier et d’arbres verts. Ariakas la maudit et à son tour forma une orbe maléfique autour de la princesse deux fois emprisonnée. Il s’en fut ensuite laissant un grand désespoir parmi les assistants.

    Tous partirent ensuite en chasse de l’assassin. Maître Wortlaster, par sa magie, avait mandé à toute sorte de bestes de ne le point laisser échapper. De sorte que malgré tous ses artifices et sorcellerie ils le purent retrouver. Il fut bien tôt forcé et Maître Malevich lui passa l’épée jusqu’à l’enhourdure, le navrant à malemort  pour sa traîtrise. De sa dépouille, tirèrent un anneau maudit, autrefois forgé par Ariakas pour attirer et tromper les mortels.

    S’en retournèrent au tertre où la magie des fées les fit revenir au temps présents. Là il se tint  grand conseil pour trouver par quel moyen la princesse pourrait être libérée de sa prison.

    Suite.